Jazz ensemble Solo
Jazz ensemble + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Athanasius Kircher

Tous Compositions

Compositions pour: Jazz ensemble

Wikipedia
Athanasius Kircher (en français : Athanase Kircher), né le 2 mai 1602 à Geisa, près de Fulda (Saint-Empire) et décédé le 27 novembre 1680 à Rome (États pontificaux), est un prêtre jésuite allemand. Orientaliste distingué, et esprit éminemment encyclopédique, Kircher est un des savants les plus importants de l'époque baroque.
Son père, Johannes Kircher, de Mayence, étudie la philosophie et la théologie, mais, au lieu de devenir prêtre, il devient le conseiller du prince-abbé Balthasar de l'abbaye de Fulda. Il est par la suite expulsé et perd ses fonctions politiques et le statut social qui y sont attachés. Il n'y reviendra jamais et se consacre à l'enseignement et à sa vie de famille. Appauvri, il n'en veille pas moins à donner une bonne instruction à ses neuf enfants dont Athanasius est le plus jeune.
Entre 1614 et 1618, Kircher apprend le grec ancien et l'hébreu au collège jésuite de Fulda. Il entre dans l'Ordre jésuite à Paderborn le 2 octobre 1618. Après la formation spirituelle (noviciat) et l'approfondissement des langues classiques (humanités) avec l'étude des sciences à Paderborn (1618 à 1622), il continue sa formation en philosophie à Münster et Cologne, étudie les curiosités du monde physique à Heiligenstadt et, de 1625 à 1628, étudie la théologie à Mayence où il est ordonné prêtre (1628). Il enseigne alors l'éthique et les mathématiques à l'université de Wurtzbourg, où il s'initie également à la recherche scientifique et aux langues orientales. Sa première publication (sur le magnétisme) date de cette époque-là : Ars magnesia (1631).
Fuyant la guerre de Trente Ans, il se réfugie à Avignon où il construit un observatoire et publie un essai sur la gnomonique. Il parvient à intégrer le réseau d'érudits établi par Nicolas-Claude Fabri de Peiresc en faisant croire qu'il possède un manuscrit rare écrit en arabe, copte et égyptien ancien. Cette relation va être des plus utiles au père jésuite : initialement invité à Vienne, il est nommé, en 1635, professeur de physique, mathématiques et langues orientales au Collège romain à Rome grâce à l'intervention auprès du cardinal Francesco Barberini de Pereisc, qui compte sur Kircher pour éditer les manuscrits du voyageur Pietro Della Valle. Il semble que le pape Urbain VIII lui-même soit intervenu. Il reste attaché à l'université jusqu'à la fin de sa vie. Ce qui ne l'empêche pas de voyager partout où le conduisaient ses investigations scientifiques : Aix-la-Chapelle, Vienne, Coblence, Münster, Malte, etc. Dès 1646 on le libère de sa tâche d’enseignant pour qu’il puisse se consacrer entièrement à la recherche et l’écriture.
Les quelque trente-neuf livres qu'il écrit touchent les mathématiques, l'astronomie, la musique, l'acoustique, l’archéologie, la chimie, l'optique, la médecine, sans parler des langues orientales, de la volcanologie et d'autres sujets « curieux » même si moins scientifiques : la kabbale, l’occultisme… Ces livres fourmillent d’intuitions et d’hypothèses diverses dont il laisse à ses successeurs la tâche de les confirmer ou infirmer. Souvent comparé à Léonard de Vinci, ce génie encyclopédique est appelé le « maître des cent savoirs. »
Les domaines auxquels s'intéresse Kircher sont très divers : géographie, astronomie, mathématiques, médecine, et musique, auxquels il applique toujours cette même rigueur scientifique, constante dans son œuvre, en alliant le tout avec une conception mystique de la nature. Baigné dans la traditionnelle scolastique, cela ne l'empêche guère d'être plus empirique - on dit qu'un jour il alla lui-même au sommet du Vésuve après une éruption, pour mieux l'observer et comprendre le phénomène. Mais aujourd'hui, ses contributions sont décrites comme peu originales, même si de nombreuses inventions lui sont attribuées.
En 1646, Kircher publie un traité sur la lumière en relation dialectique avec l'obscurité Ars magna Lucis et Umbrae et se fabrique un microscope qui lui permet de faire des observations pertinentes sur le sang.
Peu enclin à un académisme distant, Kircher s’intéresse à la médecine lorsqu’une épidémie de peste ravage Naples (1656), remplissant les rues et les églises de cadavres et faisant 150000 morts dans la ville. En dépit des mesures de protection, l'épidémie se répand peu après dans la ville de Rome. On croyait alors que la peste était provoquée par des miasmes, des vapeurs putrides rendues délétères en raison de la position des astres. Kircher, qui résidait dans le Collège romain, adopte une approche résolument moderne dans l'étude des maladies et avec son microscope examine le sang des victimes de l’épidémie. Dans son Scrutinium Physico-Medicum Contagiosae Luis, Quae Pestis Dicitur (Examen de la peste) publié en 1658, il note la présence de « petits vers » ou « animalcules » invisibles à l'œil nu. Ceux-ci sont tellement légers que le moindre souffle d'air les emporte et qu'ils sont absorbés par la respiration ou même par les pores de la peau. Il est ainsi considéré par Fielding H. Garrison, historien de la médecine, comme « le premier à exposer en termes explicites la théorie de la contagion comme cause des maladies infectieuses ». En même temps, sa théorie repose sur le principe non scientifique de la génération spontanée. Même si sa conclusion est correcte, il est douteux qu'il ait pu observer dans son microscope rudimentaire le bacille de la peste (1/600 de mm de longueur) : ce qu'il a vu serait plus probablement des globules blancs ou rouges et non l'agent de la peste, Yersinia pestis. Mais son approche de la maladie au moyen du microscope a le grand mérite d'ouvrir un nouveau champ de recherche.
Il propose également des mesures prophylactiques pour prévenir la propagation de la maladie comme l'isolation en quarantaine des malades, l’incinération de leurs vêtements et le port d'un masque facial pour éviter d'inhaler les germes.
Kircher laisse un mégaphone de son invention. Il invente un système destiné à engendrer des partitions musicales, ce qui fait de lui le père de la musique algorithmique générative. Toujours dans le registre musical, il est l'auteur de propositions d'instruments de musique automatisés (notamment des orgues actionnées hydrauliquement).
Kircher aurait également mis au point un orgue à chats pour amuser un prince italien. On rangeait côte à côte, dans des boîtes, des chats dont les miaulements naturels variaient en hauteur. Lorsqu'une touche de l'orgue était pressée, une aiguille s'abattait sur la queue du chat adéquat.
Sans doute le plus grand polyglotte de son temps, Kircher s'intéresse à l'origine des langues, étudie la langue copte (son traité de coptologie : Prodromus Coptus sive Aegyptiacus, 1636) et la vue des obélisques à Rome (1628) le tourne vers l'égyptologie. On le déclare également père de l'égyptologie.
Kircher estime que les signes hiéroglyphiques sont des symboles. Comme le montrent au XX siècle les travaux de René Adolphe Schwaller de Lubicz, il avait raison sur le fond, mais ses déductions étaient erronées en pratique. Mais, même fausses, certaines sont surprenantes.
c’est-à-dire six signes, il lit les bienfaits du divin Osiris doivent être procurés par le moyen des cérémonies sacrées et de la chaîne des génies, afin que les bienfaits du Nil soient obtenus ; traduction étonnante alors que le nom du pharaon signifie tout simplement le cœur de Rê est réjoui. Après l'examen des travaux envoyés par Kircher, Peiresc se rend compte des nombreuses erreurs et interprétations douteuses mais maintient (ou fait semblant de maintenir) sa confiance au jésuite.
Même s'il ne connaît pas le chinois, cela ne l’empêche pas de publier une China monumentis illustrata (Amsterdam, 1667), révélant surtout sa grande capacité à se documenter et son esprit encyclopédique.
C'est dans une de ses lettres, datée de 1639, que se trouve la plus ancienne mention connue à ce jour du manuscrit de Voynich.
Il observe en Sicile une éruption de l’Etna (1630) – pour une meilleure observation il se fait même descendre dans le cône du volcan – et voyage à Malte (1636) pour y étudier les courants marins, les volcans et tremblements de terre. Il en tire des conclusions intéressantes et écrit le premier traité de géologie : Mundus subterraneus (Amsterdam, 1665).
Outre la lanterne magique et le microscope il invente une machine à calculer et le pantographe (pour faciliter l’étude de la géométrie). Ces dessins se trouvent dans Pantometrum Kircherianum (Wurtzbourg, 1669).
Il étudie la Bible à sa manière également, calculant les dimensions de l’arche de Noé (Arca Noe, Amsterdam, 1675) de la tour de Babel (Turris Babel, Amsterdam, 1679) et du Temple de Salomon. Selon lui, seules les espèces principales ont pu trouver refuge dans l'arche de Noé : les autres ont donc été engendrées des premières, sous l'influence des astres, de l'imagination des mères et du climat. Il s’égare dans la numérologie biblique : Arithmologia, sive de abditis numerorum mysteriis, Rome, 1665.
Par ailleurs, au contraire d'autres grands hommes de science de son époque (Isaac Newton, Robert Boyle) il rejette complètement l'alchimie.
Il crée au Collège romain un musée des sciences et d’ethnographie (le musée Kircher), le premier du genre, où il rassemble des curiosités envoyées par des missionnaires jésuites du monde entier et où il démontre aux visiteurs sa propre lanterne magique. Ce musée disparait lors de la suppression de la Compagnie de Jésus en 1773.