Jazz ensemble Solo
Jazz ensemble + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Ferenc Erkel

Tous Compositions

Compositions pour: Jazz ensemble

Wikipedia
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.
Ferenc Erkel (né le 7 novembre 1810 à Gyula et mort le 15 juin 1893 à Budapest) était un compositeur, pianiste et chef d'orchestre hongrois du XIX siècle, père de l'opéra national.
Ferenc Erkel met en musique l'hymne national hongrois d'après un poème de Ferenc Kölcsey (1790-1838) écrit en 1823 "Dieu bénisse les Hongrois" Himnusz. Erkel remporte le concours de 1844 pour sa mise en musique. Elle est interprétée pour la première fois à l'Opéra National de Budapest, mais ne devient officielle qu'en 1903. Quatre de ses sept fils ont fait carrière dans la musique : Gyula (1842-1909), Elek (1843-1893), László (1845-1896) et Sándor (1846-1900).
Lors de sa venue à Budapest en 1845, Hector Berlioz le rencontre et se montre très élogieux à son égard : « M. Erkel est un excellent et digne homme d'un grand talent : j'ai entendu (...) [son] opéra Hunyady (...). Il y a dans cette œuvre une foule de choses remarquables par leur originalité et surtout par la profondeur du sentiment qui les a dictées. C'est d'ailleurs purement écrit et instrumenté d'une façon très intelligente et très fine ».
Ferenc Erkel est considéré comme l'un des joueurs d'échecs hongrois les plus forts du milieu du XIX siècle. Il commence à étudier sérieusement les échecs à partir de la fin des années 1830 et participe au match par correspondance Pest - Paris de 1842 à 1845 (les coups sont discutés collectivement avant d'être joués) que les Hongrois gagnent 2 à 0. En 1859, il fonde avec d'autres joueurs hongrois le premier club d'échecs de Pest, qu'il dirigera jusqu'à la fin de sa vie.
Le poème se compose de huit strophes mais est régulièrement réduit à la première lors des évènements officiels.
Bénis le Hongrois, ô Seigneur, Fais qu’il soit heureux et prospère, Tends vers lui un bras protecteur Quand il affronte l’adversaire! Donne à qui fut longtemps broyé, Des jours paisibles et sans peines, Ce peuple a largement payé Pour les temps passés ou qui viennent. (...)
Le poème Exhortation de Mihály Vörösmarty (1800-1855) mis en musique en 1843 par le compositeur Béni Egressy (1814-1851) tend à être considéré comme un second hymne national.
Reste fidèle à ta patrie, Hongrois, c’est ton berceau. De sa chair elle t’a nourri Et sera ton tombeau. Au vaste monde, ailleurs qu’en elle, Pas de place pour toi. À vivre et mourir là, t’appelle Ton destin quel qu’il soit. (...)