Jazz ensemble Solo
Jazz ensemble + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Louis Moreau Gottschalk

Tous Compositions

Compositions pour: Jazz ensemble

Wikipedia
Louis Moreau Gottschalk (8 mai 1829 à La Nouvelle-Orléans en Louisiane aux États-Unis - 18 décembre 1869 à Rio de Janeiro au Brésil) est un compositeur et pianiste virtuose américain qui a fait le tour du monde pour interpréter ses propres œuvres.
Louis Moreau Gottschalk naît le 8 mai 1829 à La Nouvelle-Orléans d'un père juif anglais de Londres et d'une créole blanche originaire de l'île de Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti). Enfant prodige, il commence à étudier avec François Letellier, organiste et maître de chapelle à la Cathédrale Saint-Louis de La Nouvelle-Orléans. Il donne un premier concert à l’âge de huit ans.
En 1841, il vient à Paris perfectionner son éducation musicale. Il n'est pas admis au Conservatoire, sa candidature ayant été rejetée par Zimmermann qui lui reproche « ses origines sauvages ». Charles Hallé et Camille Stamaty, plus particulièrement, sont ses professeurs (Stamaty qui sera plus tard le professeur de Camille Saint-Saëns). Gottschalk prend également des cours privés de composition avec Pierre Maleden.
En 1845, il donne son premier concert chez Pleyel qui le prend en grande affection. Chopin également témoigne sa vive sympathie au jeune artiste qui joue, à cette occasion, son concerto pour piano en mi mineur.
En 1850, Gottschalk fait un voyage en Savoie et en Suisse où il donne une série de concerts à Genève, Aix-les-Bains, Lausanne, Vevey, Yverdon et Neuchâtel. Après un court passage à Paris, il part pour l’Espagne pour une tournée de concerts. Par ailleurs, la Cour d’Espagne l'invite à donner un concert privé à l’Escurial .
Après un bref retour en France, il prend, en décembre 1852, le bateau au Havre pour les États-Unis. Il donne le 11 février 1853 un premier concert à New York qui rencontre un franc succès. Il s'agit de la première d’une longue série de concerts aux États-Unis, à Cuba et au Canada. De 1857 à 1862, on le retrouve dans les Caraïbes. Il réside à Cuba, Porto Rico, La Guadeloupe, La Martinique, Venezuela, Les Guyanes et Brasil composant et donnant des concerts. En 1863, Gottschalk a probablement collaboré avec George William Warren sur sa pièce pour piano solo The Andes, Marche di Bravoura, inspirée par le grand tableau sud-américain de 1859 de Frederic Edwin Church, The Heart of the Andes.
À partir de février 1862, il écume à nouveau les salles de concert des États-Unis parcourant en train, selon ses estimations, quelque 95 000 miles entre 1862 et 1865.
Mais lors d'une série de concerts donnés à San Francisco, une relation amoureuse avec une fille un peu trop jeune déclenche un scandale qui l’oblige à un départ précipité vers le Pérou.
Il voyage ensuite en Amérique centrale et du Sud, séjournant en Argentine, en Uruguay, à Panama, au Chili, au Brésil et au Pérou.
Il meurt le 18 décembre 1869, dans un hôtel de Tijuca, près de Rio de Janeiro, vraisemblablement d'une appendicite et des conséquences des traitements de l’époque pour soigner la syphilis. En 1870, ses restes sont rapatriés aux États-Unis et enterrés au cimetière de Green-Wood à Brooklyn (New York) avec la construction d'un monument.
Marmontel, dans son livre Les pianistes célèbres, écrit : « Il est impossible de méconnaître une individualité très accusée dans ces compositions, où le charme de l’idée, l’élégance des harmonies se marient à des rythmes d’une allure toute particulière, d’une persistance opiniâtre ; ces langoureuses mélodies créoles, ces danses nègres d’une mesure cadencée donnaient aux compositions de Gottschalk un goût de terroir, un parfum spécial, un accent de couleur locale d’une authenticité incontestable. »
Il serait l'un des premiers compositeurs américains et le précurseur du ragtime et du jazz.
Louis Moreau Gottschalk s'est astreint à tenir un journal de ses pérégrinations et le témoignage qui nous parvient touche au domaine du grand reportage dans des pays en pleine ébullition (guerre de sécession ou révolutions latino-américaines).
Ses écrits ont été réunis par Serge Berthier pour les Éditions Pierre-Marcel Favre dans un ouvrage intitulé : Les voyages extraordinaires de L. Moreau Gottschalk, pianiste et aventurier.
Conjointement à la parution de ce livre, en 1985, est sorti un enregistrement de l'œuvre pour piano de L. Moreau Gottschalk, interprété par Noël Lee et publié dans la collection « Interfaces » par les disques Erato (NUM 75190).
La liste ci-après ne constitue pas le catalogue définitif des œuvres de Louis Moreau Gottschalk. Certaines pièces, listées ci-dessous, ont été perdues ou n’ont jamais fait l’objet d’une publication. D’autres œuvres, non identifiées encore, seront vraisemblablement « redécouvertes ».