Jazz ensemble Solo
Jazz ensemble + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Sem Dresden

Tous Compositions

Compositions pour: Jazz ensemble

Wikipedia
Samuel (Sem) Dresden (Amsterdam, 20 avril 1881 – La Haye, 30 juillet 1957) est un chef d'orchestre, compositeur et professeur de musique néerlandais.
Dresden était né dans une famille de courtiers en diamants juifs. Il a tout d'abord étudié la théorie musicale avec Fred Roeske et la composition avec Bernard Zweers. Sur la qualité prometteuse d'un morceau de piano, il est envoyé auprès de Hans Pfitzner, au Conservatoire Stern de Berlin pour étudier la composition et la direction entre 1903 et 1905 et il est encouragé à s'intéresser à la musique impressionniste. Après son retour aux Pays-Bas, il est chef de chœur à Laren, Amsterdam et Tiel jusqu'en 1914. C'est durant cette période qu'il épouse l'alto Jacoba Dhont, avec qui il a deux fils. Ensuite, jusqu'en 1926, il dirige les neuf membres du Madrigal Society, qui lui vaut une réputation internationale pour ses minutieuses interprétations de la musique chorale de la Renaissance, du Baroque et de la période contemporaine. De 1928 à 1940, il dirige le grand chœur de chambre à Haarlem. Avec tous ces ensembles, il contribue au répertoire par ses compositions et ses arrangements.
À partir de 1915, il donne des conférences sur la musique, tant aux Pays-bas et qu'en Belgique. En 1918, avec Daniel Ruyneman et Henri Zagwijn, il fonde la Société moderne des compositeurs hollandais (qui cesse d'exister en 1924). À partir de 1919, il enseigne la composition au Conservatoire d'Amsterdam, puis est nommé au poste de directeur en 1924. De 1937-1941, il est directeur du Conservatoire de La Haye, poste qu'il a été forcé de quitter pendant l'occupation, puis à nouveau entre 1945-1949, jusqu'à sa retraite. Parmi ses élèves se trouvent les compositeurs Leo Smit, Willem van Otterloo, Jan Mul et Cor de Groot et le chef d'orchestre Eduard van Beinum. Sem Dresden a également écrit des critiques pour le journal De Telegraaf (1918-1927) et a écrit deux livres sur la musique moderne. Après 1949, il se consacre entièrement à la composition et plusieurs de ses œuvres les mieux connues sont composées très tard dans sa vie. Peu de temps avant sa mort, il se convertit au Catholicisme romain.
Les compositions écrites après le retour de Berlin de Sem Dresden montrent largement les influences françaises, comme dans les quatre suites pour vents et piano, composées pour le Sextuor du Concertgebouw d'Amsterdam (1912-1914) et la Sonate pour flûte et harpe (1918). Sa musique est essentiellement tonale, mais avec des variations de son cru, il montre également l'influence de son engagement auprès de la polyphonie de la Renaissance. Grâce à son expérience chorale, il est fasciné par les chants traditionnels néerlandais, dont il a fait de nombreux arrangements. En outre, il y a emprunté des thèmes mélodiques pour ses propres compositions. Dans le Chorus tragicus (1927), sur un texte de Vondel sur la chute de Jérusalem, le Chorus symphonicus (sur les psaumes Bibliques, 1943-1956), l'oratorio sur St Antoine de Gustave Flaubert, (écrit pour le congrès international de la musique d'église à Augsbourg en 1953), Psaume 84 (1954) et St Joris (1955), Dresden émerge dans son pays comme un compositeur chef de file du XXe siècle, d'oratorio et de musique chorale festive. Le Chorus symphonicus, sa monumentale composition, a été écrit en grande partie lors de son internement durant la seconde Guerre Mondiale. Il contraste avec l'opérette Toto (1945), écrit après sa libération, histoire d'un petit chien caché aux autorités qui en délivre le permis, représentation humoristique de sa propre existence pendant l'occupation.
La dernière composition Dresden est l'opéra en un acte François Villon, que son élève Jan Mul a orchestré après sa mort. L'œuvre a été créée lors du Festival de Hollande en 1958.