Compositeurs
Switch to English

François-Joseph Fétis

Voix
Piano
Organ
Violon
Alto
Violoncelle
String ensemble
Mixed chorus
Orchestre
Piano à quatre mains
Writings
Pour les débutants
Theory
Biographies
Méthode
Solfeggios
Еxercice
Musique religieuse
Music history
Quintette
par popularité
36 Leçons de Solfège à changements de clefs6 Messes faciles pour l'orgueAntoine StradivariBiographie universelle des musiciensGrand Sextet, Op.5Histoire générale de la musiqueLe parfait organisteMesse de RequiemNotice biographique sur Nicolo PaganiniOuverture de concert à grand orchestreSe i miei sospiriSolfèges progressifsString Quintet No.1 (Quintette à cordes n ° 1)String Quintet No.2 (Quintette à cordes n ° 2)Traité de chant en chœurTraité de l'accompagnement de la partition sur le piano ou l'orgue
Wikipedia
François-Joseph Fétis, né le 25 mars 1784 à Mons et mort le 26 mars 1871 à Bruxelles, est un compositeur, critique musical et musicographe belge.
Ayant reçu sa formation musicale à Mons, puis au Conservatoire de Paris, il obtient le second prix au concours de l'Institut.
En 1806, il épouse à Paris Adélaïde Robert, fille du révolutionnaire Pierre-François-Joseph Robert et de Louise-Félicité de Kéralio. Leur fils, Édouard (1812-1909), sera directeur de la Bibliothèque royale de Belgique.
Il occupe ensuite des fonctions d’enseignement dans le nord de la France, en particulier à Douai, avant d’obtenir en 1821 un poste au Conservatoire de Paris, pour enseigner le contrepoint et la fugue, en cette période Juan Crisóstomo de Arriaga fut son élève. À partir de 1826, il y est aussi bibliothécaire. Il démissionne de ces deux fonctions le 1er mai 1833.
Après avoir publié des articles dans diverses revues, il décide en 1827 de créer un hebdomadaire, la Revue musicale, qu’il rédige presque seul, accueillant toutefois les contributions occasionnelles de différents auteurs. En 1832, il regagne la Belgique, appelé par le roi à diriger le nouveau Conservatoire royal de Bruxelles. Devant la lourdeur de ses tâches, il effectue en 1834 un rapprochement avec la Gazette musicale de Paris pour former la Revue et gazette musicale de Paris sous la direction de Maurice Schlesinger.
Fétis a développé une importante activité d’historien de la musique. Dans ce domaine où il existait encore assez peu de documents, il a publié des livres assez généraux. Il est l’auteur d’un important répertoire de musiciens (1834), qu’il a rédigé presque seul également. Cette œuvre, régulièrement rééditée (1860, 1878…) et réimprimée pour la dernière fois en 2001, rend encore d’importants services aux musicologues, malgré ses erreurs et ses partis pris.
Il n’a pas été un compositeur très fécond ni très remarqué ; il est surtout connu pour des œuvres à caractère pédagogique, de la musique instrumentale et de la musique religieuse. Après la mort de Meyerbeer en 1863, il a revu son opéra L'Africaine.
Fétis a cédé sa bibliothèque personnelle au royaume de Belgique : le « fonds Fétis », conservé à la Bibliothèque royale de Belgique, a été réparti entre la section Musique, la Réserve précieuse et le Cabinet des estampes.
Il est inhumé au Cimetière de Bruxelles à Evere.
Trois rues portent son nom, une à Etterbeek, une autre à Dinant et enfin une à Mons.