Compositeurs
Switch to English

Guillaume Costeley

Voix
Ténor
Soprano
Alto
Basse
Mixed chorus
Baryton
Clavecin
Organ
Chanson française
Chanson
Fantaisie
par popularité

A

Allez mes premieres amoursAllon, gay bergeres (Allon, bergères homosexuels)Allons au vert bocageAmour, tu fais de nos coeursApproche toy, jeune roy debonnaire

B

Bien, bien je vous pardonneBouche qui n'as point de semblable

C

Ce beau temps me fait resjouirChassons ennuy et toute desplaisance

D

D’ou vient que ce beau temsDieu cupido ce grand vilain (Dieu cupido CE Grand vilain)

E

Elle craint l’esperonEsprit doux de bonne nature

F

Fantasie sus orgue ou espinette (Fantasie sus orgue ous espinette)Fy du plaisir qui mille ennuis attire

G

Guillot, un jour estant deliberé (Guillot, Un jour estant délibéré)

H

Herbes et fleurs qu'on voit renaistre

J

J'aime mon dieu et sa saincte parolleJ'ayme trop mieux souffrir la mortJe n'ay plaisir si-non en ta presenceJe ne veux point a l'amour consentirJe plains le tems de ma jeunesse folleJe sens sur mon ame plouvoirJe t'ayme, ma belle, ta danse me plaitJe veux aymer ardantementJe voy des glissantes eaux le ruisseaux

L

L’ennuy, le dueil, la peine et le martyreLa Prise de CalaisLa terre les eaux va buvantL'an et le moys, le jour, l'heure et momentLas Je n'yray plus, je n'yray pas jouërLas! faut il qu'on m'estime legereLas! je n'eusse jamais penséLautrier priay de danser deux fillettesLe jeu, le riz, le passetempsLe plus grand bien qu'on sache point

M

Mais qui sert la richesse à l’hommeMercy n'aura qui ne prend a mercyMignonne, allon voir si la roze (Mignonne, allon voir la roze)Muses, chantez le loz de la princesseMusique

N

Noblesse gist au coeur du vertueux

O

O belle GalathéeO combien est heureuxO mignonnes de jupiter

P

Perrette, disoit JehanPolyphonies vocalesPuis que ce beau moisPuis que la loy trespure et saicte

Q

Quand le berger veid la bergere (Quand le berger VEID la bergère)Quand l'ennuy facheux vou prendQuand ma maitresse rid (Quand ma maitresse débarrasser)Que de passions et douleursQui n'en riroitQui voit alors que les ventz du printemps

S

Si quelque ennuy sur moy s’assembleSon pouvoit acquerir ta grace si parfaicteSus, debout, gentilz pasteursSy c’est un grief tourmentSy de beauté vous estiez moins parfaitte

T

Toutes les nuitz je ne pense qu'en celle

U

Un usurier enterra son avoir

V

Venus est par cent mille noms
Wikipedia
Guillaume Costeley [Cotalay, Cautelay, Costelly, Coustelly], né en 1531 probablement vers Pont-Audemer et mort le 1 février 1606 à Évreux, est un musicien et compositeur français de la Renaissance.
Son origine précise n’est pas clairement déterminée. Après qu’on lui ait attribué une origine écossaise fantaisiste, on pense maintenant qu’il est né dans la région de Pont-Audemer, où ce nom est souvent attesté dans les registres baptismaux. La Croix du Maine le cite en 1584 comme natif de Fontanges-en-Auvergne, une localité qui a aussi vu naître Antoine de Bertrand, mais c'est probablement une erreur. Les conditions de son apprentissage de la musique ne sont pas bien connues (a-t-il été formé au sein de la maîtrise d'une église de sa région d'origine, comme beaucoup de musiciens de cette époque ?) et son arrivée à Paris est antérieure à 1554.
Irving Godt a relevé dans ses premières compositions (1554) des liens avec celles de Jacques Arcadelt et de Jean Maillard, ce dernier employé à la Chapelle royale. Il suppose également qu’il aurait pu rencontrer à Paris Pierre Sandrin et que celui-ci, comme promoteur en France des théories micro-tonales de son collègue Nicola Vicentino, aurait pu susciter chez Costeley l’écriture de sa chanson Seigneur Dieu ta pitié, qui fait intervenir des tiers de tons. C’est probablement au luthiste et éditeur Adrian Le Roy, familier de la comtesse de Retz, qu'on lui doit d'être introduit dans son cercle, et par delà à la cour. Il est là en contact avec les poètes Jean-Antoine de Baïf et Rémy Belleau, avec lesquels il se lie d'amitié, et appartient au mouvement qui va aboutir à la création de l'Académie de musique et de poésie en 1570, aux côtés du compositeur Joachim Thibault de Courville et du poète Jean Antoine de Baïf.
En 1560 Costeley devient organiste et valet de chambre du roi Charles IX ; il est en 1571-1572 organiste ordinaire du roi aux gages annuels de 375 lt (livres tournois) et un acte notarié fait mention d’une avance de 500 lt sur « sa pension et don du roi ».
Sous le règne d'Henri III, il est cité en 1574-1575 parmi les joueurs d’instruments aux gages de 240 lt. En 1576-1578 il est dit « organiste ordinaire » aux gages annuels de 375 lt, et cité encore en 1580 parmi les joueurs d’instruments, aux gages de 80 écus, soit 240 lt.
En 1570, juste avant de s'établir à Évreux, il publia un vaste recueil de ses œuvres intitulé Musique de Guillaume Costeley.
En juin 1570 à l'âge de 40 ans, Costeley épouse Jehanne Blacquetot et s’établit à Évreux, où il achète un moulin dans la ville basse et, semble-t-il, arrête de composer. Il reste au service du roi, ne servant à la cour que par quartier, de janvier à mars. Il semble que son épouse lui ait apporté des biens considérables (en 1571 il peut offrir une maison comme cadeau de mariage à un de ses amis).
En 1570, il est cofondateur de la confrérie de Sainte-Cécile (patronne de la musique, fêtée le 22 novembre). À partir de 1575, cette confrérie donne naissance à un concours de composition musicale - un "puy de musique" - qui deviendra vite très réputé, et aidera au développement, dans la ville d'Évreux, d'un milieu artistique important. Ce concours sera ensuite imité en d'autres endroits, et, à Évreux, dura plus d'un siècle.
Costeley achète en 1581 un office d'élu (juge des affaires fiscales) à Évreux. En 1583, Henri III accorde au neveu de Costeley la cure de Saint-Germain de Croisy au diocèse d'Évreux, par le décès de son prédécesseur Robert Mothe, prêtre et curé de Guarguesalle (c'est-à-dire Guerquesalles, dans l'Orne), chantre de la Chapelle du roi. Son épouse meurt avant 1592 ; il se remarie alors à Françoise Dehais, veuve de Jehan Le Mareschal. Son nom disparaît des comptes royaux vers 1580, mais ses liens avec la cour se maintiennent encore quelques années car il est toujours qualifié en 1597 de « conseiller du roi » (office honorifique), et achète encore l'office de « sergeant de boys en la garde de Neufville, forest d'Orléans ».
En 1601, il est appelé par le chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen pour assister avec l'organiste Jehan Levesque à la réception de l'orgue, restauré par le facteur Crespin Carlier. Costeley réside à Évreux jusqu'à sa mort, survenue en 1606.
Les œuvres de Costeley établissent un lien entre la chanson française polyphonique de la première moitié du XVI siècle et celle des musiciens italianisants des années 1570-1580 ; elles contribuent également à développer l'écriture verticale et le sentiment harmonique, qui annoncent l'air de cour, genre qui apparaissait alors et qui continuera à se développer au XVII siècle.
Elles utilisent des intervalles harmoniques inusités et plusieurs d’entre elles alternent des passages d'homophonie et de contrepoint. Ce contrepoint n’est jamais contraint ni savant, et reste toujours au service du texte.
Costeley a aussi composé des pièces de circonstance (telles La Prise de Calais et La Prise du Havre), dont le style musical se rattache à la manière descriptive et aux ultimes recherches de Clément Janequin.
L’élégance et la souplesse de son écriture font de Costeley « l'un des représentants les plus typiques de l'élégance, du charme, mais aussi du lyrisme de la chanson française au début de la seconde moitié du XVIe siècle ».