Compositeurs
Switch to English

Victor Massé

Voix
Piano
Orchestre
Mixed chorus
Harmonium
Female chorus
Organ
Soprano
Ténor
Basse
Chanson
Mélodie
Opéras
Operas comiques
Villanelle
Duet
Romance
Opérettes
Duettino
Carol
par alphabet
Les Noces de JeannetteLa reine TopazeLa chanson des lavandièresPaul et VirginieGalathéeLes chants bretonsLe chant des CaïdjisFior d'AlizaLes saisonsLa fiancée du diableÀ une femmeBarcarolleFleur de bruyèreUne nuit de CléopâtreLe baiser donnéLa chanteuse voiléeAttenteLes chaises à porteursLa chanson du Roi HenriLa barqueVoyageTristesse d'OlympioBergerie20 MélodiesLa messagèreLe matinRêverieRegretsRozetteLe fils du brigadier (Le fils du général de brigade)NoëlLa plainte du pêcheurPourquoi ne m'aimez vous?La trouvailleUne loi somptuaireToujoursQue le jour me dureSous boisEngagez qui vous plairaJe t'aimerai!MaiSoyez bénie!Strophe de PsychéLa fauvette du CalvaireMignonneSouvenirs
Wikipedia
Victor Massé est un compositeur et pédagogue français, né le 7 mars 1822 à Lorient (Morbihan) et mort le 5 juillet 1884 à Paris.
Il entre au Conservatoire de Paris à l'âge de douze ans et étudie le piano avec Zimmermann et la composition avec Halévy. Il est prix de Rome en 1844. Chef des chœurs à l'Opéra de Paris en 1860. Il participe avec Eugène Vauthrot et Louis Croharé aux 164 répétitions de Tannhäuser pour les représentations à l'Opéra de Paris de 1861. Richard Wagner leur a rendu hommage : « ils lui avaient, avec un réel dévouement, facilité la besogne ». Il est professeur de composition au Conservatoire de Paris de 1866 à 1880. Bien qu'une rue porte toujours son nom dans le 9 arrondissement de Paris, il est aujourd'hui tombé dans un oubli presque complet. Sa musique, facile comme celle de tous les compositeurs français d'opéras-comiques du XIX siècle, est cependant bien composée, spirituelle, mélodieuse, et requiert des interprètes de haut niveau. Elle atteint aisément son but, plaire à un large public en procurant de l'agrément.
Il compose près de vingt opéras, opéras-comiques et opérettes. Cependant, trois de ses œuvres sont encore connues (au moins de nom) : Galathée (1852), Les Noces de Jeannette (1853), qui est un triomphe pour son époque et dont le rôle-titre est créé par Caroline Miolan-Carvalho. Enfin, Paul et Virginie (1876) qui connaît une renommée mondiale.
En 1872, il est élu à l'Académie des beaux-arts, où il succède à Daniel-François-Esprit Auber.
Il a deux filles, dont l'une épouse Philippe Gille, journaliste et librettiste d'opéras, d'où le pianiste Victor Gille.
Il meurt le 5 juillet 1884 au 1 avenue Frochot. Il est inhumé au cimetière de Montmartre à Paris (section 26, avenue Hector-Berlioz). Charles Garnier fut l'architecte de son tombeau.
Si la musique de Victor Massé n'est guère tenue en estime aujourd'hui, il faut croire que ce sentiment était déjà partagé par certains de ses contemporains. En témoigne cet extrait de Du côté de chez Swann de Proust ; le personnage de Swann (grand bourgeois très cultivé) s'irrite de ce que sa maîtresse Odette de Crécy (demi-mondaine absolument dénuée de goût en matière artistique) souhaite aller voir un opéra de Victor Massé intitulé Une nuit de Cléopâtre, opéra qu'il juge consternant :
Ceci n'empêche pas le même Marcel Proust de s'enthousiasmer au plus haut point pour "Le Sire de Vergy" de Claude Terrasse, partition pourtant moins inspirée que Les Noces de Jeannette. À propos du Sire de Vergy, Proust déclare en effet avoir applaudi si fort lors d'une représentation qu'il en a donné, sans le faire exprès, une gifle à son voisin.
Quant à Richard Wagner, il ne cache pas son admiration pour la musique des Noces de Jeannette, tout en déclarant n'en éprouver guère pour celle de Cosi fan tutte de Mozart.
On peut trouver sur internet une lettre adressée par Jules Verne à Massé dans laquelle il lui demande de bien vouloir lui envoyer deux places pour La Fiancée du Diable, opéra-comique de 1854.
Saint-Saëns consacre des développements sur Victor Massé dans son livre Portraits et Souvenirs dans lequel il explique que les premiers accords de l'ouverture des Noces de Jeannette correspondent aux notes égrenées par le clocher de l'église de Sceaux, ville traversée par Victor Massé pour se rendre chez son librettiste Jules Barbier, lequel passait l'été à Aulnay près de la Vallée aux loups à Châtenay-Malabry.
La phrase « Ah ! Qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de nous ! », devenue le slogan d'une émission radiophonique, est tirée de son opéra-comique Galathée (1852).
Le commentaire le plus positif vient paradoxalement d'Hector Berlioz, lequel écrit, à propos de Victor Massé : «  C’est de la musique de Paris, comme on en trouve chez les bons faiseurs de Paris ; elle a le caractère des jolies choses de Paris. C’est purement écrit, assez frais, instrumenté avec goût ; il y a là un peu de sensibilité, un peu de grâce, un peu d’esprit, un peu de tout ».