Compositeurs
Switch to English

Orgelwerke

Compositeur: Bruhns Nicolaus

Instruments: Organ

Tags: Pièce Prélude Fugue Choral Musique religieuse Fantaisie

Télécharger des partitions gratuites:

Complete. Covers and Presentation PDF 0 MBComplete. Complete Score PDF 1 MB
Selections. Complete Score (Nos.1, 2, 3) PDF 5 MB
Wikipedia
Nicolaus Bruhns est un compositeur du duché de Schleswig (Danemark), né en décembre 1665 à Schwabstedt et mort prématurément à l'âge de 31 ans, le 29 mars 1697 à Husum, ville située aujourd'hui en Allemagne.
Nicolaus Bruhns naît dans une famille de musiciens (luthistes, organistes, gambistes, violonistes) installée dans la région de Husum, au nord de Hambourg. Il apprend la musique avec son père, Paul Bruhns (1640–1689), organiste à Schwabstedt et peut-être élève de Franz Tunder. Puis il étudie le violon et la viole avec son oncle ; l'orgue et la composition avec Dietrich Buxtehude. Il acquiert une grande virtuosité sur tous ces instruments et Buxtehude, espérant le voir lui succéder, le recommande auprès de la cour royale de Copenhague au Danemark. Il y passe quelque temps, en contact avec de nombreux musiciens étrangers et revient vers 1689 à Husum en tant qu'organiste. Il y meurt très jeune, à 31 ans.
Bruhns laisse une œuvre réduite, les sources étant perdues, mais de qualité exceptionnelle. Sous de nombreux rapports, elle annonce celle de Jean-Sébastien Bach. Selon Forkel, le premier biographe de Bach, on sait que ce dernier admirait beaucoup les œuvres de Bruhns.
Ce destin rappelle beaucoup celui de son contemporain français Nicolas de Grigny, mort au même âge. Une anecdote rapporte qu'il aurait été capable de jouer du violon tout en chantant et en s'accompagnant au pédalier de l'orgue.
Un certain nombre d'œuvres attestées par les documents d'époque (surtout pour instruments à cordes), sont perdues. Seules subsistent :
Douze cantates pour voix et instruments.
Les quatre « préludes et fugues » pour orgue marquent une étape entre Buxtehude et Bach : trois d'entre eux sont, comme chez le premier, une succession d'épisodes de toccatas dans le « stylus phantasticus » si prisé en Allemagne du Nord, et d'épisodes fugués ; le dernier tend vers la structure en deux parties qui caractérisera souvent l'art de Bach.