Compositeurs
Switch to English

Niccolò Jommelli

Voix
Orchestre
Mixed chorus
Soprano
Ténor
String ensemble
Alto
Basse
Violon
Organ
Opéras
Opera seria
Musique religieuse
Livret
Writings
Livre des Psaumes
Secular cantatas
Cantates
Sonate
Sacred oratorios
par alphabet
6 Trio Sonatas (6 Sonates en trio)RequiemPietà Signore, H.Anh.42Didone abbandonata (Didon abandonnée)DemofoonteCare Deus si respiro (Entretien Deus si respiro)Victimae Paschali6 SymphoniesLa cantata e disfida di Don Trastullo (Le sung et le défi de Don Trastullo)Mass in D major (Messe en ré majeur)Semiramide riconosciuta (Semiramide reconnu)Miserere in G minor, H C1.23CresoRicimero re de' Goti (Ricimer re de 'Goti)Eumene (Eumène)L'Olimpiade (Les Jeux olympiques)Cerere placata (Cérès placata)Il DemetrioCajo MarioLa passione di Gesù Cristo (La Passion de Jésus-Christ)TalestriArtaserseAttilio Regolo (Regulus)BajazetteArmida abbandonataIl parataioLucio Vero (Lucius Verus)La Betulia liberata (La Betulia Liberata)Isacco figura del Redentore (Isaac figure du Rédempteur)MeropeTito ManlioIl trionfo di Clelia (Le triomphe de Clélia)Il Vologeso (Le Vologeso)La clemenza di Tito (La Clemenza di Tito)Ciro riconosciuto (Ciro reconnu)Alessandro nell'Indie (Alexander nell'Indie)SofonisbaCatone in UticaGià la notte s'avvicinaPelopeLa schiava liberata (L'esclave affranchi)Divertimento (Amusement)Laudate pueri DominumIl cacciatore delusoGiusti numi che il ciel reggeteMisera, dove maiEnea nel LazioAstianatteE quando sarà maiEzioLa criticaBeatus vir a 4º concertato6 Trio Sonatas, Op.1 (6 Sonates en trio, Op.1)AntigonoFetonteHarpsichord Concerto in D major (Concerto pour clavecin en ré majeur)Harpsichord Concerto in G major (Concerto pour clavecin en sol majeur)I rivali delusiIfigenia in Aulide (Iphigénie en Aulide)Ifigenia in TaurideMass in F major (Messe en fa majeur)SemiramideSinfonia in E-flat major (Sinfonia en mi bémol majeur)TemistocleTrio Sonata in G major (Sonate en trio en sol majeur)
Wikipedia
Niccolò Jommelli (né le 10 septembre 1714 à Aversa, en Campanie, Italie - mort le 25 août 1774 à Naples) était un compositeur italien du XVIII siècle, représentant important de l'école napolitaine, principalement dans le domaine de l'opera seria.
Jommelli commença par composer des ballets et une cantate d'église qui le firent remarquer. En 1737, il usa d'un pseudonyme pour son premier opéra, L'errore amoroso, tant il était incertain de son talent. La première exécution, à Naples, fut un succès qui l'encouragea à composer son deuxième opéra, Odoardo.
En 1740, Jommelli gagna Rome et écrivit Ricimero et Astianatte, deux opéras qui accrurent sa renommée. Jommelli reçut alors une commande de la ville de Bologne, ce qui lui donna l'occasion de rencontrer le Padre Giovanni Battista Martini — le plus célèbre musicien italien d'alors, dont Wolfgang Amadeus Mozart fut élève. En 1747, son prestige était si grand qu'il lui fut demandé de sélectionner le candidat pour le poste de maître de chapelle à Naples.
En 1748, la création, à Vienne, de son opéra Didone lui assura l'admiration de Marie-Thérèse d'Autriche et Pietro Metastasio. Metastasio prétendait que sa musique « avait justement surpris et enchanté tant la cité que la cour. Elle est pleine de grâce, de profondeur, de nouveauté et d'harmonie, et par-dessus tout, d'expression. Tout s'exprime, des violons aux contrebasses. Jusqu'à présent, je n'ai rien entendu d'aussi convaincant. » Le César des poètes écrivit, à la demande de l'empereur Charles VI d'Autriche, le livret de l'oratorio La Passione di Nostro Signore Gesù Cristo (1749), initialement mis en musique par le célèbre compositeur vénitien Antonio Caldara (1670-1736).
Jommelli revint à Rome en 1749, où il fut nommé maître auxiliaire de chapelle. En 1753, il fut appelé par le duc de Württemberg à Stuttgart, où, seize ans durant, il fut Oberkapellmeister de sa cour, avec salaire annuel exceptionnel de 4000 florins. Il composa à Stuttgart en 1756, pour commémorer la mort de la mère de son employeur, son Requiem en mi bémol majeur pour soli, chœur et orchestre. La santé de son épouse le ramena en Italie en 1769. Le roi du Portugal l'invita pour composer des opéras mais, trop fatigué, il dut décliner l'offre et continua de composer à Aversa. En 1770, son opéra Armida fut entendu à Naples par Mozart, alors âgé de quatorze ans, qui l'apprécia beaucoup. En 1771, l'opéra Ifigenia fut un échec qui détourna Jommelli du genre. Il se consacra alors à la musique religieuse, produisant un magnifique Miserere.
Niccolò Jommelli nous a légué une centaine d'œuvres variées : opéras, sérénades, cantates et pièces liturgiques diverses, telles les Lamentations de Jérémie (1750).