Jazz ensemble Solo
Jazz ensemble + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Alceste

Compositeur: Gluck Christoph Willibald

Instruments: Voix Mixed chorus Orchestre

Tags: Opéras Tragedies en musique

#Parties
#Arrangements

Télécharger des partitions gratuites:

Version A (Italian). Prefatory material; Ouverture / Intrada PDF 1 MBVersion A (Italian). Act I PDF 10 MBVersion A (Italian). Act II PDF 14 MBVersion A (Italian). Act III PDF 8 MB
Version B (French). Complete Score PDF 49 MBVersion B (French). Complete Score PDF 26 MB
Version B (French). Complete Score PDF 14 MB
Version B (French). Part 1 PDF 5 MBVersion B (French). Part 2 PDF 3 MBVersion B (French). Color cover PDF 1 MB
Divinités du Styx (Act I, sc.7). Complete Score PDF 0 MB
Version A (Italian). Ouverture / Intrada PDF 4 MBVersion A (Italian). Act I PDF 37 MBVersion A (Italian). Act II PDF 40 MBVersion A (Italian). Act III PDF 24 MB
Selections. Divinités du Styx (Act I, sc.7) PDF 0 MBSelections. Non ce n'est point un sacrifice PDF 0 MB
Divinités du Styx (Act I, sc.7). Complete Score PDF 0 MB
Divinités du Styx (Act I, sc.7). Complete Score PDF 4 MB
Version A (Italian). Atto Primo PDF 6 MBVersion A (Italian). Atto Secondo PDF 7 MBVersion A (Italian). Atto Terzo PDF 7 MB
Version B (French). Complete Score PDF 7 MB
Version B (French). Complete Score PDF 30 MB
Divinités du Styx (Act I, sc.7). Complete Score PDF 0 MB
Version B (French). Complete Score PDF 26 MB

Parties pour:

Jazz ensemble
TousTromboneInstrument à cordesHautboisFlûteCor d'harmonieBasson

Arrangements:

Autre

Ouverture. Orchestre (Eduardo Javier Argañaraz)Complete. Piano (Unknown)Ouverture. Orchestre (Felix Weingartner)Andante et Gavotte. Piano + Alto (Paul Klengel)Ouverture. Piano à quatre mains (Hugo Ulrich)Complete. Piano (Unknown)March. Harpe + Violon (Jean-Baptiste Krumpholtz)March. Piano (Unknown)Selections. Violon + Clavier (Marchal, Pedro Anselmo)
Wikipedia
Alceste est un opéra (tragédie en musique) en trois actes, composé par Christoph Willibald Gluck, créée le 26 décembre 1767 au Burgtheater à Vienne sur un livret de Ranieri de' Calzabigi. Gluck en écrivit également une version en langue française, créée à Paris dix ans plus tard, le 23 avril 1776 par l'Académie Royale de Musique au Palais-Royal, dans une adaptation de Le Bland du Roullet.
Le livret est dérivé de la pièce d'Euripide Alceste. Le sujet avait déjà été traité en 1674 par Lully dans une tragédie lyrique intitulée Alceste ou le Triomphe d'Alcide.
Cette œuvre n'a pas connu le succès d'Orfeo ed Euridice dû à la même équipe en raison de la faiblesse de l'action dramatique. Les deux versions, italienne et française, sont très différentes. La version de Paris est pratiquement une nouvelle œuvre. La transposition de l'italien au français imposa d'adapter la musique à la déclamation du français, et la musique de certaines scènes subit de profonds remaniements, Gluck ajoutant de nombreux airs et renforçant le rôle de l'orchestre. Certains de ces changements furent effectués sur le conseil de Jean-Jacques Rousseau, grand admirateur de Gluck. Par ailleurs, du Roullet supprimera trois personnages et en rendra deux muets, mais rétablira Hercule (présent chez Euripide mais qui ne figure pas dans la version italienne), introduira des choryphées, et condensera les scènes. Le public parisien boudera cet Alceste jusqu'à l'ajout par Gluck d'un ballet final. La version parisienne est considérée comme très supérieure à la version viennoise et c'est cette version, souvent traduite en allemand, en italien ou en anglais, qui a été jouée aussi bien au XIX qu'au XX siècle sur les principales scènes d'opéra.
Gluck écrira après la première représentation : « Il n'y a point de temps pour elle ; j'affirme qu'elle plaira également dans deux cents ans. »
À la publication de la partition d'Alceste à Vienne en 1769, Gluck y ajouta une célèbre préface en italien très certainement rédigée par Calzabigi, manifeste des idées du tandem pour une réforme de l'opéra, qui rappellent celles déjà préconisées par Francesco Algarotti dans son Saggio sopra l'opera in musica (Essai sur l'Opéra en Musique, 1755), c'est-à-dire :
Alceste ne comporte pas à l'origine de rôle pour castrat, bien que Gluck utilise ce type de voix dans son opéra suivant Paride ed Elena (1770), 3° et dernier opéra italien de la réforme gluckiste.
Pour la reprise de l'œuvre à Vienne en 1770, Gluck récrira néanmoins le rôle d'Admète pour le castrat soprano Giuseppe Millico (it), déjà titulaire des rôles d'Orfeo dans Orfeo ed Euridice (version de Parme) et de Pâris dans Paride ed Elena.
Acte 1 Le roi Admète se meurt, son épouse Alceste, ses enfants, son peuple sont désespérés. Alceste s'éloigne dans une forêt et prie les divinités de l'au-delà de laisser vivre son époux. Apollon répond qu'Admète mourra le jour même à moins qu'une autre personne ne se sacrifie pour mourir à sa place. Alceste s'offre à mourir, et Apollon accepte l'échange. (air célèbre d'Alceste "Divinités du Styx")
Acte 2 Le peuple se réjouit de la guérison d'Admète. Le roi en ignore la raison, et cherche en vain son épouse, mais personne ne peut lui dire où elle se trouve. Admète finit alors par se douter qu'Alceste s'est sacrifiée pour lui, et il décide de la suivre dans l'Hadès.
Acte 3 Le peuple est replongé dans le désespoir et s'apprête à sacrifier les enfants d'Admète et Alceste à la place de leurs parents. Héraclès, ami d'Admète, intervient et promet d'aller vaincre la mort. Entretemps, Alceste a atteint les portes des enfers, où elle rencontre Admète : il la supplie de ne pas franchir cette porte, mais poussée par l'amour elle le fait, et meurt. Héraclès va la sauver, en vainquant Thanatos. Apollon paraît, touché par l'héroïsme d'Héraclès ; il lui promet l'immortalité, et permet à Alceste d'aller rejoindre Admète dans le monde des vivants. Réjouissance générale.
L'ouvrage a été repris à l'Opéra de Paris en 1777, 1779, 1786, 1797, 1825, 1861, 1866. Les rôles étaient remplis par :