Quintette à vent Solo
Quintette à vent + ...
Pour les débutants
Compositeurs
Switch to English

Gurre-Lieder

Compositeur: Schönberg Arnold

Instruments: Voix Men's chorus Mixed chorus Orchestre

Tags: Lied Chanson

#Parties

Télécharger des partitions gratuites:

Part I PDF 44 MBPart II PDF 4 MBPart III PDF 41 MB
4 Lieder. 4 Songs arranged for voice and piano PDF 1 MB4 Lieder. I, 5. So tanzen die Engel vor Gottes Thron nicht (Waldemar) PDF 0 MB4 Lieder. I, 6. Nun sag ich dir zum ersten Mal (Tove) PDF 0 MB4 Lieder. I, 9. Du wunderliche Tove! (Waldemar) PDF 0 MB4 Lieder. I, 10. Tauben von Gurre! (Stimme des Waldtaube) PDF 0 MB
Choruses. Choral Score PDF 2 MB
Complete. Complete Score PDF 20 MB
4 Lieder. I, 10. Tauben von Gurre! (Stimme des Waldtaube) PDF 1 MB4 Lieder. Color Covers PDF 2 MB

Parties pour:

Quintette à vent
TousVioloncelleViolonTubaTrompetteTromboneSaxophone altoPiccolo clarinetPiccoloHautboisHarpeFlûteCornemuseCor d'harmonieCor anglaisContrebassonClarinette basseClarinetteBassonBass tromboneAlto tromboneAlto
Wikipedia
Les Gurre-Lieder (ou Gurrelieder) sont une œuvre pour voix et orchestre d'Arnold Schönberg sur des textes de Jens Peter Jacobsen traduits en allemand par Robert Franz Arnold en 1899.
Il s'agit d'une composition de relative jeunesse malgré son ampleur, écrite peu après la Nuit transfigurée, bien avant ses grandes œuvres dodécaphoniques et dont l'inspiration reste très post-romantique. Son écriture s'étend entre 1900 (année où il en conçoit la structure en trois parties pour cinq solistes, un récitant, trois chœurs d'hommes à 4 voix, un grand chœur à 8 voix et un très grand orchestre) et le 23 février 1913 avec Marya Freund (Tove), Hans Nachod (Valdemar), Anna Bahr-Mildenburg (Waldtaube) direction par Franz Schreker, date de sa création à Vienne. En fait, la première version de l'œuvre fut rapidement achevée, mais « oubliée » par le musicien, peut-être un peu impressionné par la taille de l'effectif nécessaire, mais aussi par le changement progressif de langage musical qu'il aborde peu après.
L'écriture de l'œuvre reprend le style harmonique très chromatique du Tristan et Iseult de Richard Wagner. La polyphonie, savante, utilise fréquemment le style en imitation. Le tout au service d'une musique expressive, de caractère post-romantique.
Alban Berg en fit une transcription partielle pour piano en 1907. Anton Webern en fit également une version pour huit mains et deux pianos en 1910.
Le poème reprend l'histoire du roi Valdemar I du Danemark (1131-1182) et de sa maîtresse, Tove, dans le château de Gurre. La première partie raconte leur rencontre et consiste en une alternance d'épisodes chantés par le roi et par l'amante, et séparés par des interludes orchestraux. L'héroïne est alors, dans la légende, assassinée dans un bain trop chaud par l'épouse légitime du roi. Elle se transforme en colombe et c'est le dernier chant de la première partie. On note à ce propos les allitérations Tove-Taube (colombe, en allemand) ainsi que Gurre avec le roucoulement de cette dernière. La seconde partie, courte, est un chant de vengeance de Valdemar. La troisième et dernière partie, un peu plus courte que la première, raconte les imprécations du roi contre Dieu, et la vengeance de celui-ci condamnant le premier à une folle ronde éternelle dans la nuit.